Renégocier son prêt immobilier : les points essentiels à retenir

Après un début d’année plutôt calme, les taux d’emprunts sont répartis à la baisse. C’est
peut-être le moment idéal d’emprunter… ou de renégocier à la baisse le taux d’intérêt de
son prêt. Eh oui, pourquoi pas ? Lorsque les taux d’emprunts baissent, renégocier son prêt
peut être intéressant pour ceux qui ont déjà contracté un crédit avant la décrue. Il est
probable d’obtenir des conditions plus favorables. Mais avant de vous lancer, il est
important de connaître certains points importants pour augmenter vos chances de gagner.

Renégociation du crédit immobilier : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Avant de comparer vos gains sur les sites de comparateur de crédit , il est important de
connaître quelques règles de base vous permettant de savoir s’il est intéressant de se
lancer dans une renégociation de prêt ou non. En effet, l’opération peut s’avérer peu
avantageuse dans certains cas.
Tout d’abord, vous devez vérifier l’écart entre le taux initial de votre emprunt et le taux
actuel. Retenez bien que renégocier un crédit entraîne des frais supplémentaires. Il est
donc important de s’assurer que la différence soit importante pour pouvoir bénéficier de
tous les avantages. D’après les études, l’écart entre les deux taux doit atteindre au moins
0,60 % pour que la renégociation soit réellement intéressante. Mais selon Philippe
Taboret, directeur général adjoint de Cafpi : « un écart de 0,45 % est déjà suffisant pour
renégocier son prêt », à condition que le montant à rembourser soit très élevé.
Un autre critère à ne pas négliger est le capital restant dû. Le montant à rembourser doit
être élevé pour que la renégociation du prêt soit intéressante. Celui-ci doit être d’au moins
50 000 euros. Au-dessous de ce chiffre, l’opération n’a plus de sens. Bon à savoir, si le
capital restant dû est très élevé, autour 300 000 euros, un écart de taux de 0,50 % peut
suffire.
Le dernier point à vérifier est la durée de remboursement restante. En général, les intérêts
sont remboursés durant les premières années du crédit. L’opération s’avère donc plus
avantageuse si l’emprunt n’est qu’au début de son stade de remboursement des intérêts,
c’est-à-dire si le crédit est récent. Ça ne sert à rien de renégocier votre prêt si vous n’avez
plus que 2 ans de remboursements sur un prêt de 20 ans.

Quels gains espérer vous gagner ?

Autant le dire tout de suite, seule une simulation de crédit pourra vous donner une
estimation exacte des gains potentiels. Vous pouvez utiliser un site comparateur crédit
pour calculer les bénéfices. Le gain se calcule en prenant compte de l’écart entre les deux
taux, de la durée de remboursement restante et du montant à rembourser. Avec un crédit
récent, vous pouvez vous attendre plusieurs dizaines de milliers d’euros d’économies.
Attention, pour calculer les gains, il faut aussi prendre en compte les divers frais liés à la
renégociation du prêt. Il est important de noter que même si le taux actuel est très bas,
les nouveaux frais liés à la renégociation peuvent rendre l’opération moins intéressante.
Pour renégocier votre crédit, vous devez payer des frais de dossier qui peuvent
représenter jusqu’à 1 % du capital restant dû. Il y a aussi les frais liés à la garantie (une
caution pour la banque), l’IRA ou indemnités de remboursement anticipé et enfin les frais

de rachat de crédit si vous envisagez un rachat de crédit. Ce dernier peut atteindre jusqu’à
6 % du capital restant dû.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*