Quelles précautions prendre avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech

Avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech, il faut savoir quelles précautions prendre. Comme dans tout pays, il y a une législation en vigueur et des pratiques qui sont usuelles, il est important de les connaitre, afin d’éviter des mauvaises surprises. On va développer quelques unes de ces précautions, constituant ainsi une information qui peut s’avérer très utile avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech.

Vérifier la nature du «  titrage  » du bien à acquérir

Une fois que le bien à acheter est bien identifié, qu’il s’agisse d’appartement, de villa ou de riad, ou bien encore de bien ancien ou neuf, il faut passer à l’étape de finalisation de la vente. Mais avant d’entamer quoique ce soit, une précaution est à prendre, notamment sur la vérification de l’enregistrement légal du bien. Au Maroc, et donc à Marrakech, il existe un cadastre où sont enregistrés les titres fonciers. En passant par un notaire ou un juriste de la place, on pourra connaitre la nature exacte du titre du bien, et son véritable propriétaire. Ainsi, on saura avec qui la transaction sera effectuée, et ceci en toute sérénité. Cependant, et c’est un peu particulier au Maroc, et à Marrakech surtout, lorsqu’il s’agit d’un bien ancien, il arrive fréquemment que le bien ne soit pas titré, autrement dit, le bien est considéré comme étant une «  melkia  ». La propriété est reconnue par voie orale, par témoignage, une procédure reconnue légalement au Maroc. Ceci ne doit pas, en principe, poser de problème quant à l’achat du bien, à condition de vérifier l’absence de vices cachés, ou bien qu’il n’y a pas de contestation en cours et qui est transmise à la justice.

Respecter la loi lors de la transaction, une précaution très utile

La loi marocaine interdit les montants versés «  au noir  », lors de l’achat d’un bien immobilier. Même si l’acquéreur doit s’acquitter de droits d’enregistrement, proportionnels au montant de la vente déclarée, il est nettement recommandé de déclarer la totalité réellement versée pour l’acquisition du bien acheté. Cette précaution va prémunir l’investissement engagé, notamment sur le long terme et en cas de revente ultérieure du bien. Pendant toute la durée de la transaction, tout doit se passer par voie notariale. Enfin, et si on passe par un agent immobilier (individuel ou agence), il est important de se mettre d’accord au préalable du montant de ses honoraires, et au Maroc, souvent les intermédiaires se font rémunérer par l’acheteur et le vendeur.

Ce sont là les principales précautions à prendre avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech, où comme partout, la vigilance est la meilleure des protections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*