Catégorie : Investissement immobilier

Quels sont les types d’investissements immobiliers en Thaïlande ?

achat immobilier en Thailande

En général on associe la Thaïlande aux vacances, au soleil, à la plage, à la détente en gros. Un grand nombre de personnes ont tendance à oublier que la Thaïlande détient aussi une économie et dispose d’un marché immobilier assez intéressant pour les investisseurs. Lorsque l’on souhaite investir dans le secteur immobilier en Thaïlande, plusieurs solutions sont possibles. Vous pourrez les distinguer et les comprendre grâce à cet article. Tout d’abord il y a l’investissement à but locatif dans le secteur immobilier en Thaïlande. La grande partie des personnes qui achètent un logement immobilier sur cette île, le font dans le but de le mettre en location et non pour y résider. La situation économique intéressante en Thaïlande est l’une des conséquences de fort afflux touristique que l’on y retrouve. Cet afflux entraîne l’augmentation de la demande en logements locatifs sur laquelle les grands promoteurs en immobilier locatif se basent pour susciter l’intérêt des futurs acheteurs et investisseurs.

Ceux qui investissent dans ces conditions ne résideront jamais dans leur bien. Peu importe la situation en cours, et le taux de fréquentation de leur bien, ils sont assurés de recevoir régulièrement un montant fixe. C’est la société de gestion du bien dans lequel ils ont investi qui s’occupera de leur reverser ce loyer. De plus, avec la situation fiscale favorable qui règne sur l’île, les investisseurs sont encore plus attirés. Le deuxième mode d’investissement immobilier en Thaïlande est l’occupation personnelle limitée. Dans ce contexte l’investisseur a la possibilité de résider dans son bien immobilier pendant environ 2 ou 4 semaines par an, tout en bénéficiant de son revenu locatif garanti. Avec cette formule, l’investisseur combine la rentabilité et le plaisir, c’est une solution qui s’avère intéressante quand on a l’occasion de bénéficier d’un logement de vacances gratuit en Thaïlande avec sa famille. La rentabilité ici se chiffre à environ 6 à 7% annuel.

La troisième formule est l’investissement résidentiel qui permet aux investisseurs d’occuper leurs biens tout au long de l’année ou durant quelques temps. Le pourcentage de personnes qui effectue ce choix est faible. Ce pourcentage tend tout de même à s’accroître face au pouvoir d’achat qui baisse en France. Les investissements immobiliers en Thaïlande qui sont faits selon cette formule, respectent une logique différente. La plupart des investisseurs suivent leur coup de cœur pour se lancer dans la transaction. Ces acheteurs sont en quête de proximité avec les infrastructures, l’intimité, etc. L’investissement immobilier en Thaïlande est une démarche rentable, alors n’hésitez pas à vous lancer.

Quelles précautions prendre avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech

Avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech, il faut savoir quelles précautions prendre. Comme dans tout pays, il y a une législation en vigueur et des pratiques qui sont usuelles, il est important de les connaitre, afin d’éviter des mauvaises surprises. On va développer quelques unes de ces précautions, constituant ainsi une information qui peut s’avérer très utile avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech.

Vérifier la nature du «  titrage  » du bien à acquérir

Une fois que le bien à acheter est bien identifié, qu’il s’agisse d’appartement, de villa ou de riad, ou bien encore de bien ancien ou neuf, il faut passer à l’étape de finalisation de la vente. Mais avant d’entamer quoique ce soit, une précaution est à prendre, notamment sur la vérification de l’enregistrement légal du bien. Au Maroc, et donc à Marrakech, il existe un cadastre où sont enregistrés les titres fonciers. En passant par un notaire ou un juriste de la place, on pourra connaitre la nature exacte du titre du bien, et son véritable propriétaire. Ainsi, on saura avec qui la transaction sera effectuée, et ceci en toute sérénité. Cependant, et c’est un peu particulier au Maroc, et à Marrakech surtout, lorsqu’il s’agit d’un bien ancien, il arrive fréquemment que le bien ne soit pas titré, autrement dit, le bien est considéré comme étant une «  melkia  ». La propriété est reconnue par voie orale, par témoignage, une procédure reconnue légalement au Maroc. Ceci ne doit pas, en principe, poser de problème quant à l’achat du bien, à condition de vérifier l’absence de vices cachés, ou bien qu’il n’y a pas de contestation en cours et qui est transmise à la justice.

Respecter la loi lors de la transaction, une précaution très utile

La loi marocaine interdit les montants versés «  au noir  », lors de l’achat d’un bien immobilier. Même si l’acquéreur doit s’acquitter de droits d’enregistrement, proportionnels au montant de la vente déclarée, il est nettement recommandé de déclarer la totalité réellement versée pour l’acquisition du bien acheté. Cette précaution va prémunir l’investissement engagé, notamment sur le long terme et en cas de revente ultérieure du bien. Pendant toute la durée de la transaction, tout doit se passer par voie notariale. Enfin, et si on passe par un agent immobilier (individuel ou agence), il est important de se mettre d’accord au préalable du montant de ses honoraires, et au Maroc, souvent les intermédiaires se font rémunérer par l’acheteur et le vendeur.

Ce sont là les principales précautions à prendre avant d’investir dans un bien immobilier à Marrakech, où comme partout, la vigilance est la meilleure des protections.